Mon compte

Nouveau numéro

Débuter / Pilotage

Le vol pratique !

vol_pratique

Lors de mon tout premier vol, je me souviens ne m'être posé aucune question : il était clair que j’allais faire voler mon hélicoptère ! Avec le recul, je réalise que j’étais bien inconscient, ne sachant pas même comment fonctionnait un hélicoptère, ni même s’il était idéalement réglé. Je ne sais même plus comment j’ai fait ce jour-là pour décoller mon Dragon Fly 4, et encore moins comment le faire redescendre sans casse. C’est la raison pour laquelle il est essentiel de ne pas brûler les étapes lors des phases d'apprentissage !

 

 

 

 

 

 

 

Se familiariser avec sa machine : primordial !

 

Tout débutant doit apprendre à tenir un stationnaire propre devant soi et surtout à atterrir en douceur. Voir un pilote expérimenté rend l’exercice facile. On pourrait même croire que l’hélicoptère tient seul en stationnaire et qu’il suffit de couper le moteur pour qu’il atterrisse. Il n’en est rien ! Le pilote donne constamment de petits ordres pour compenser les mouvements de la machine dus aux turbulences. Le stationnaire est donc un réel exercice pour tout débutant.

La croix d’apprentissage est nécessaire à ce moment. Elle n’amortira pas les descentes trop rapides, mais elle corrigera l’assiette de l’hélicoptère lorsqu’il est proche du sol. La croix d’apprentissage évite aux pales de toucher le sol lors de mouvements brusques et élimine une grande part de stress. Gardez toujours une distance de sécurité d’au moins 5 mètres entre vous et le modèle. Au début il ne faut pas essayer de soulever la machine à 2 mètres du sol : une fois en l’air, vous ne sauriez quoi en faire.

Commencez par des sauts de puces. Décollez la machine à 20 centimètres au plus, juste pour sentir le décollage. Ne tentez pas de stabiliser l’hélicoptère : c’est encore trop tôt ! Reposez plutôt rapidement, mais toujours en douceur. Il faut bien percevoir le moment où l’on baisse le manche de GAZ/PAS et que l’hélicoptère commence à descendre. Il ne faut pas aller trop vite et être bien régulier. Répétez l’opération. Si l’hélicoptère s’éloigne trop, rapprochez-vous avant de redécoller. Une fois que vous maîtrisez le manche de gaz, vous pouvez commencer à décoller et monter à 50 centimètres du sol et tenter de tenir un stationnaire quelques secondes (pas plus de 3 secondes au début). Soyez précis sur les manches avec des ordres mesurés pour éviter des amplitudes excessives qui perturberaient davantage encore le stationnaire. En règle générale, moins on donne d’ordre, moins l’hélicoptère bouge. Soyez doux et agissez par petits ordres sur les manches. Ne cherchez pas d’entrée à diriger la machine. Stabilisez-la en compensant les mouvements en douceur et, surtout, revenez à la position «à plat». Notez qu’un hélicoptère est toujours légèrement incliné sur la droite en stationnaire. Ce phénomène est dû au couple du moteur. Le mât rotor nécessite une inclinaison pour que la machine tienne en stationnaire. Si vous mettez votre hélicoptère parfaitement à l’horizontale, il dérivera automatiquement à gauche. Certains pilotes mettront plus de temps que d’autres mais tout le monde y arrive ! Pour les atterrissages à 50 centimètres du sol avec la croix d’apprentissage, il suffit de réduire progressivement les gaz (on ne joue pas les brutes, même si l’on est pressé de poser). L’hélicoptère se posera presque seul, comme lors des sauts de puce, grâce à la croix d’apprentissage.

 

La confiance vient…

 

Arrive le moment où vous tiendrez votre machine à plat, sans besoin de la reposer en urgence. Il sera alors temps de passer au stationnaire à 1 mètre du sol. Il faut aussi retirer la croix d’apprentissage. Vers 1 mètre de haut, l’hélicoptère ne subit plus les effets de sol et il reste plus facilement en stationnaire. Il faut poursuivre l’entraînement tant que l’hélicoptère dérive à plus de 1 mètre environ de sa position. L’idéal est de prendre un repère au sol et d’essayer de rester au-dessus le plus longtemps possible. Cet exercice s’effectue en deux temps car il faut aussi travailler les atterrissages sans croix d’apprentissage ! L’hélicoptère sera moins lourd et il faudra peut être mettre un peu plus de PAS négatif pour qu’il descende.

 

Deux conseils à cette étape :

- En cas de panique, faites remonter votre hélicoptère assez haut pour avoir le temps de le reprendre. Si vous essayez d’atterrir avec le stress et la hauteur, vous risquez davantage le crash et les dégâts. Une chance sur deux qu’il rebondisse et se couche sur le côté.

- En cas de rafale de vent, restez concentré et gardez votre position. Surveillez bien la hauteur et attendez que le vent faiblisse pour atterrir en douceur. Le vent a pour effet de faire monter ou descendre l’hélicoptère selon sa force. Les pilotes débutants qui se sentent plus à l’aise monteront à hauteur des yeux en prenant davantage de distance de sécurité.

L’exercice reste le même : il faut tenir un stationnaire propre plus de 3 secondes et redescendre par paliers de 50 centimètres environ, doucement en faisant un beau stationnaire à chaque palier. Une fois les actions bien assimilées et que vous n’aurez plus à réfléchir pour tenir le stationnaire ou décoller et atterrir en douceur, vous aurez accompli 50% de votre formation. L’exercice stationnaire deviendra même une position de «repos» en vol... Après un stress, vous reviendrez en stationnaire pour reprendre vos esprits ! Idem pour l’atterrissage : il faut en faire beaucoup pour banaliser la chose. Au début, on a tendance à atterrir un peu trop vite. Quoi qu’il arrive, vous devez atterrir comme «sur des œufs» ! La solution est dans l’entraînement.

 

 

 

Translatons !

 

Viennent ensuite les déplacements de l’hélicoptère. Vous le domptez en stationnaire et il reste bien en face de vous. Il faut à présent apprendre à le déplacer où vous voulez. Je vous propose quelques exercices simples : commencez par un carré vertical. Apprenez à déplacer votre hélicoptère latéralement (gauche/droite) et verticalement (haut/bas). Partez sur la gauche ou la droite sur 3 mètres et arrêtez-vous en stationnaire. Faites une montée verticale puis déplacez-vous latéralement sur 6 mètres avant de faire un stationnaire suivi d’une belle descente verticale. Revenez devant vous après un petit stationnaire.

Recommencez cette opération jusqu’à l’obtention d’un beau carré. Plus vous l’exécuterez lentement, plus vous travaillerez la précision. Ensuite, vous renouvellerez l’exercice à plat pour travailler les déplacements longitudinaux (avant/arrière) et latéraux (gauche/droite). Il est primordial de s’entraîner : c’est la base de tout. Vous pouvez aussi vous entraîner au triangle pointe en haut pour travailler deux commandes simultanément. il va falloir monter et se déplacer latéralement. Il ne vous restera pas grand-chose à faire avant de faire de belles translations. En fait, il va falloir travailler le stationnaire de profil avant d’essayer ces translations.

Votre hélicoptère est en stationnaire à 2 mètres du sol. Partez en déplacement latéral gauche (par exemple). Lorsque l’hélicoptère a un peu de vitesse, pivotez-le d’un quart de tour, nez vers la gauche, uniquement à l’anti-couple. L’hélicoptère n’est plus en déplacement latéral mais longitudinal. Ne prenez pas trop de vitesse, ça ne sert a rien. N’allez pas trop loin non plus : une dizaine de mètres, guère plus, et stoppez l’hélicoptère avant de le faire pivoter, toujours à l’anti-couple, d’un quart de tour à droite. Vous pouvez faire un stationnaire avant de recommencer la même opération dans l’autre sens, toujours à basse vitesse. Apres quelques passages, vous pourrez commencer à ralentir davantage la machine devant vous jusqu’à l’arrêter pour vous habituer au stationnaire. Ne cherchez pas à le tenir trop longtemps au début mais plutôt progressivement. Petit à petit, vous n’aurez plus aucun souci pour tenir le stationnaire de profil devant vous. Quand vous maîtriserez cet exercice à base de translations lentes, il ne vous restera pas grand-chose à comprendre pour les translations rapides.

 

 

Souvenirs…

 

Pour travailler la précision, je jouais à faire tomber des quilles avec un petit hélicoptère de classe 450. Coupez des sections de 10 centimètres de long dans des gaines en mousse d’isolation des tuyaux. Lestez-les avec un boulon collé à la néoprène, à l’intérieur, à leur base. Avec un peu d’adhésif, faites une décoration rapide et voyante. Ce petit jeu, a priori anodin, n’est pas facile à faire, même avec de l’entraînement. En revanche, vous allez travailler la précision de vos gestes et le stationnaire à près du sol. Il est aussi possible d’essayer d’attraper un rond en mousse avec une anse suffisamment grande avec les patins de l’hélicoptère. Ce jeu requiert beaucoup de patience. C’est un très bon entraînement. Collez une petite planche lisse et fine sous le galet en mousse pour qu’il ne s’envole pas.

 

A vous à présent !

 

Bons vols !


 

 

Artilce Hélico RC N° 10

Commander

 

Administrateur 1| 09 Juillet 2012